Pour les patients ne relevant pas immédiatement d’un adressage spécialisé, ou après un avis initial, le suivi et la prise en charge peuvent être assurés par le médecin référent.
Ci-dessous sont explicités les principaux aspects de cette prise en charge en accord avec les recommandations internationales KDIGO.

1. Hygiène de vie

- Exercice (ex 30 min x 5 /semaine)
- Réduction pondérale (IMC <25)
- Arrêt du tabac
- Apport hydrique adéquat (environ 1,5 l/jour)
- Apport sodé limité : environ 6 grammes par jour (soit 100 mmol/j)

2. Traitement de l'hypertension artérielle et néphroprotection

- Cibles générales
< 130/80 mmHg si A2, A3
Une individualisation peut être proposée par votre spécialiste référent

- Traitement antihypertenseur :

 . si A2, A3 : IEC ou ARA2 (en l'absence de contre-indication)

 . si A1 : IEC ou ARA2 ou dihydropyridine

 . combinaisons : ACD si A2, A3 ACD ou CAD si A1

- Dosage : titrer jusqu'à la dose maximale tolérée (si A2, A3)

- Contre-indications : Grossesse (les femmes en âge de procréer ne doivent utiliser un IEC/ARA2 qu'en cas de contraception fiable)

- Mode d'emploi
Vérifier le DFGe et la kaliémie (sans garrot) dans les 1 à 2 semaines suivant l'institution ou tout changement de dose
La combinaison IEC + ARA2 n’est généralement pas recommandée (sauf avis spécifique du spécialiste)
Les IEC ou les ARA2 peuvent induire une réduction transitoire et réversible du DFGe

- si la baisse de DFGe > 25% en dessous de la valeur de base = arrêt

- le la baisse de DFGe est de 5-25% = recontrôler dans 2-3 semaines pour exclure une dégradation différée

- si le DFGe est strictement inchangé = suspecter une non observance médicamenteuse

En cas de toux génante sous IEC, passer à un ARA2
Contrôler le DFGe et la kaliémie et/ou arrêter les IEC en cas de maladie intercurrente (grippe, diarrhée, déshydratation)

3. Prise en charge de l'hyperkaliémie

Les patients en IRC sont exposés à un risque élevé d’hyperkaliémie, risque majoré en cas de traitement IEC/ARA2, de diabète, d’hypervolémie, d’absence de traitement diurétique.

L’hyperkaliémie chronique stable est acceptable pour un potassium plasmatique jusqu’à 5,5 mmol/l sous IEC/ARA2 et ne contre-indique pas la poursuite du traitement IEC, en particulier chez les patients A2, A3.

Une kaliémie entre 5,5 et 6,2 mmol/l, chronique ou aiguë, nécessite une démarche diagnostique et thérapeutique :
- Si le DFG et les traitements n’ont pas été modifiés récemment, refaire rapidement le ionogramme avec un prélèvement sans garrot
- Arrêter temporairement les IEC/ARA2
- Résine pendant quelques jours
- Rechercher (et arrêter) la prise occulte d’un autre médicament favorisant l’hyperkaliémie (Tableau7)
- Rechercher un apport alimentaire en potassium excessif (fruits) (kaliurèse des 24 h)
Si la kaliémie se normalise, l’IEC/ARA2 peut être repris progressivement.
En cas de persistance de l’hyperkaliémie, en particulier si les IEC/ARA2 sont nécessaires, envisager le recours à un diurétique et/ou une résine en chronique

Une kaliémie > 6,3 mmol/l doit faire contacter l’équipe néphrologique de toute urgence.

4. Que faire en cas d'affection intercurente?

Si un patient est incapable de maintenir un apport hydrique adéquat pendant une affection intercurrente, les médicaments à potentiel néphrotoxique ou à élimination rénale doivent temporairement interrompus jusqu'à la guérison.

La liste de ces médicaments peut être retenue par l'acronyme SAMADI (Sulfamides, AINS, Metformine, ARA2, Diurétiques, IEC)


Adipso

Site Internet créé par
l'agence web Adipso
localisée à Strasbourg, Alsace

www.adipso.com